Solstice

Chère Amie, Cher Ami,

 

Au moment où je t’écris ces mots, nous sommes toujours en route vers le zénith, le jour le plus long, le moment de la pleine lumière. (Sans doute l’aurons-nous d’ailleurs dépassé lorsque tu me liras)

Après cet instant si infime qu’il ne peut se percevoir comme séparé de son avant et de son après, aspiré par le cycle des saisons auquel nos vies sont, comme lui,  associées, nous retournerons vers l’hiver, le moment de la faible lumière mais aussi celui où le fond est atteint, le sillon profond… là où se trouvent les germes de vie qui prendront le relais pour conduire le monde vers une nouvelle apogée.

Il en est ainsi de tout ce qui est.  Si l’on en imagine le midi plein de notre vie autour de quarante-cinq ans d’existence, nous sommes pour la plupart d’entre nous, sur le chemin de la lumière qui faiblit…  qui faiblira de plus en plus nous conduisant … Ne parlons pas de mort, ce serait presqu’indigne de notre laïcité,  disons plutôt : « nous emmenant naturellement vers le moment où nous aurons à accomplir le geste le plus altruiste de notre « être » : accepter de rejoindre le fond du sillon et y pousser la vie naissante en germination à courir vers la pleine lumière. »

Il y a sans doute deux manières d’appréhender cette ultime étape : nous lamenter égoïstement sur notre impermanence ou bien accepter que nous avons été nous aussi des jeunes pousses que nos précédents, un jour, ont poussé vers la lumière.

Sans aucune tristesse, avec toute la sérénité qui convient à l’instant où l’on se donne et même la joie d’être restés positifs, continuons à vivre pleinement et profitons au mieux de la grâce que nous accorde le destin en nous réunissant encore pour partager nos convictions. Ainsi nous aurons cultivé la générosité, la solidarité, l’égalité qui nous habitent déjà et ont fait de nous de vrais laïques.

 

A bientôt Chère Amie, Cher Ami, en te remerciant de l’attention que tu veux bien accorder à mes modestes pensées.

 

                                                                                                                             Francis

Italia Bellissima

 

Italia Bellissima

 

C’est toujours avec un vif plaisir que nous accueillons le professeur Jean Kokelberg à nos séances « Découvrir le monde ».

Chaque fois qu’il se présente, il nous fait rêver par ses parcours touristiques et nous donne envie de découvrir les contrées et villes qu’il visite.

Jeudi, il a promené un nombreux public à travers l’Emilie italienne en empruntant la via Emilia.  A Bologne, il nous a pris par la main afin de nous conduire au centre de la ville en circulant sur les trottoirs couronnés de portiques. Nous avons pu admirer de nombreux palais ainsi que la première université d’Europe.

Cerise sur le gâteau, comme récompense, il nous divulgué la fameuse recette de la sauce al ragû accompagnant les spaghettis et appelés sauce bolognaise.

Nous reprenons la route vers Modène.  Ville célèbre pour son vinaigre balsamique et ses constructions automobiles telles que Ferrari et Maserati, fleurons de la fine mécanique italienne.  Après une visite du musées Ferrari, nous rejoignons >Parme qui sera le terme de notre périple en Emilie.

Parme s’offre à nous : aristocratique et théâtrale. Nous la connaissons surtout pour son fromage et son délicieux jambon pour lequel notre conférencier, vêtu de blanc, nous a expliqué toute la préparation salée ainsi que le séchage afin d’obtenir un produit de haute qualité dont nous nous régalons tous.

Un grand merci à Monsieur Kokelberg pour nous avoir fait rêver encore fois encore

Jean de la Marck

Nous aurons le plaisir de revoir Monsieur Kokelberg le jeudi 15 novembre à 14h pour une conférence intitulée « L’Ombrie : ses fresques, ses saints, ses bourgs hauts perchés ».

“A la Lumière de Diderot, d’un siècle à l’autre”

La Maison de la Laïcité de Sainte-Walburge asbl vous invite à la conférence débat

 

“A la Lumière de Diderot, d’un siècle à l’autre”

 

Par Thierry Roland

Professeur de français à l’Athénée Royal Air Pur de Seraing.

 

 

Le jeudi 14 juin 2018 à 19h30.

 

 

“Soucieux de travailler au progrès de l’humanité en favorisant l’accroissement des connaissances de ses semblables, Diderot, on le souligne souvent, consacre 25 ans de sa vie à diriger l’Encyclopédie, dans le cadre d’une lutte contre l’obscurantisme. Auparavant, il avait ouvert le débat philosophique, en matérialiste athée, par l’audacieuse Lettre sur les aveugles. Il fut aussi, on le sait moins, un critique d’art fécond, très personnel et novateur. Son chef-d’œuvre, Jacques le fataliste et son maître, cristallise son génie et sa quête de liberté dans une forme romanesque marquée par la subversion (philosophique, sociopolitique et littéraire).”

 

Dès lors, quelles sont les résonances d’une œuvre, exceptionnellement tournée vers le bonheur et l’émancipation des hommes, dans un 21ème siècle peu respectueux de l’héritage des Lumières?

 

 

A la Maison de la Laïcité du quartier de Ste-Walburge

A l’école communale Justin Bloom

Place Ste-Walburge, 1,

4000 Liège

 

Renseignements :

                                      04/233 50 71    0473/53.06.72                                      Entrée Libre

Laïques

                     

 

 

Chers Amis fidèles,

 

Nouvelle rencontre, nouveaux échanges, convivialité toujours présente et plus encore, amitié… communion d’idées et de convictions.

A cette époque de l’année, je voudrais vous rappeler que nous marchons toujours vers le zénith, le jour le plus long, le moment de la pleine lumière.

Après, suivant le cycle des saisons auquel nos vies sont associées, nous retournerons vers l’hiver, le moment de la faible lumière mais aussi celui où le fond est atteint, le sillon profond… là où se trouvent les germes de vie qui prendront le relais pour conduire le monde vers une nouvelle apogée.

Il en est ainsi de tout ce qui est, il en est donc ainsi, aussi, de notre vie.

Si l’on en imagine le midi plein autour de 45 ans, nous sommes tous ici, entraînés sur le chemin de la lumière qui faiblit…  qui faiblira de plus en plus nous conduisant … Ne parlons pas de mort… (ce serait presqu’indigne de notre laïcité) nous emmenant simplement vers le moment où nous aurons à accomplir le geste le plus altruiste de notre existence : accepter de rejoindre le fond du sillon et y pousser la vie naissante en germination à courir vers la pleine lumière.

Il y a sans doute deux manières d’appréhender cette ultime étape : nous lamenter égoïstement sur notre non-éternité ou bien accepter que nous avons été nous aussi des jeunes pousses que nos précédents, un jour, ont poussé vers la lumière.

Sans aucune tristesse, avec toute la sérénité qui convient à l’instant où l’on se donne et même la joie d’être restés positifs, continuons nos agapes et profitons au mieux de la grâce que nous accorde le destin en nous réunissant encore aujourd’hui devant une bonne table (aujourd’hui proposée par Colette)

Ainsi nous aurons cultivé la générosité, la solidarité, l’égalité qui nous habitent et ont fait de nous de vrais laïques.

Bon appétits chers Amis.

 

Chal on d’jase wallon

 

Chal on d’jase wallon

Le cercle du wallon retrouvé

Il est regrettable de constater que de nos jours, le wallon disparaît, supplanté par le français ; notre langue maternelle. Il faut assister aux fêtes du 15 août dans le quartier de dju dlà la mouse pour entendre notre savoureux langage.

Mais il est bon de constater que chez le liégeois le wallon est toujours quelque peu présent. Quelques expressions bien de chez nous, glissées dans une conversation font que tout n’est pas perdu. Aussi, envisageons-nous d’organiser au sein de notre maison, des réunionsde personnes désireuses de relancer notre beau et savoureux langage, sous forme de conversations autour d’une tasse de café.

Notre but n’est pas de vous apprendre le wallon. Nous voulons simplement que le wallon continue à vivre

Il n’est pas nécessaire de maîtriser nosse bê lingadje. Il suffit de quelques  mots et un peu de compréhension pour entretenir une conversation sur des sujets divers, comme le faisaient nos grands parents avec leurs voisins, installés sur le trottoir face à leur maison, pendant les soirées d’été. Pourquoi pas raconter une bonne petite blague ou même chanter « Lî ptî ban ».

Nous sommes persuadé que notre proposition peut obtenir votre agréation, ce dont nous vous remercions. Qu’en pensez-vous ? Un calendrier des réunions sera établi pour la rentrée de septembre.

J de la Marck

 

Si cela vous intéresse 04/233 50 71 ou ml.saintewalburge@gmail.com

 

 

 

 

Rabelais, moine truculent et médecin voyageur

La Maison de la Laïcité de Sainte-Walburge asbl vous invite à la conférence débat

 

Rabelais, moine truculent et médecin voyageur

Par Jean Kokelberg

Professeur de rhétorique retraité

 

Le jeudi 24 mai 2018 à 19h30

Quel talent polymorphe que ce François ! Le droit, la médecine, le grec : il avale tout goulûment. Cette libido sciendi se traduit bien vite en une philosophie de vie où le rire, la gauloiserie et le sexe constituent la médecine essentielle. Intarissable sera son écriture… à la mesure de sa soif inextinguible de savoir. De savoir-vivre assurément !

 

A la Maison de la Laïcité du quartier de Ste-Walburge

A l’école communale Justin Bloom

Place Ste-Walburge, 1,

4000 Liège

 

Renseignements :

                                      04/233 50 71    0473/53.06.72                                      Entrée Libre